Vous êtes le visiteur:   website counter

Bluff

 

L’histoire remonte aux années 1879.

L’Utah avait été créé en 1850 et à cette époque, il existait une véritable politique d’expansion commanditée principalement par l’église des Saints des Derniers Jours

l fallait remplir l’espace et coloniser les endroits encore inhabités. Le sud-est de l’Utah était encore désertique, et servait un peu de base arrière à tous les brigands et autres hors la Loi qui fuyaient les mines du Colorado. Un ordre de mission fut donc émis par l’église pour aller coloniser les abords de la San Juan River, ces endroits encore reculés dans le sud-est de l’état. Y répondaient qui voulaient : familles avec femme et enfants.

C’était un aller sans retour et c’était un voyage de plusieurs semaines à l’horizon, sur des chemins non tracés, vers une destination quasi inconnue.

Les familles, souvent des fermiers devaient tout quitter, revendre leurs biens, emmener juste le minimum et partir sans espoir d’un retour.

En ce printemps 1879, la route à prendre n’était pas encore déterminée, elle était à l’étude. Une expédition fut envoyée pour préparer le départ d’un plus grand nombre (Hall’s crossing route). Une quarantaine de personnes dont 2 femmes et 8 enfants, 80 chevaux, 12 chariots. Ils prirent la route pour Bluff en passant très au sud, au départ de Escalante. Mais l’expédition se heurta à un problème de taille : le manque d’eau sur la parcours.

Pendant ce temps, l’expédition se préparait et le point de rendez-vous pour les colons était à Escalante. Au vue des résultats de l’expédition du printemps, il fut donc décidé d’essayer une autre route, plus au nord : le principal soucis de l’expédition était de savoir comment ils passeraient le fleuve Colorado.

250 personnes, des familles principalement, se rassemblèrent. L’expédition était constituée de 80 chariots, 100 vaches et chevaux.

La durée prévue du voyage était de 6 semaines. C’est 6 mois qu’elle dura.

Les difficultés rencontrées furent énormes : ils partaient sans le savoir dans les endroits les plus désertiques et inhospitaliers de l’Utah : encore aujourd’hui, il n’existe aucune route parcourant ces contrées.

Ils étaient partis pour une expédition de 6 semaines, au bout de deux mois, ils commencèrent à réaliser que cela durerait bien le double. Les provisions commencèrent à manquer. L’hiver de plus commença à s’installer et la neige fit son apparition.

Leur plus grande difficulté rencontrée fut le passage vers le Fleuve Colorado. Juste avant la rivière, c’est un mur de rochers qui les empêcha de continuer. Des éclaireurs étaient partis, le seul passage possible semblait être ce trou dans une falaise.

Le manque d’eau les fit se diviser en deux camps : un un peu plus à l’ouest, le second face à ce trou de manière à commencer un travail d’élargissement. Partagés en deux camps, ils tentèrent de conserver une certaine cohésion, en s’organisant : services religieux, fêtes, célébrations ..

Ce que firent les hommes en charge du passage du trou dans la falaise est indescriptible. Ils passèrent 6 semaines à essayer d’élargir ce passage qui en plus d’être étroit, était très raide.

Cet endroit se situe maintenant dans une partie recouverte pas le Lake Powell. Mais les photos montrent une pente impressionnante.

Avec une organisation de fer, le jour arriva où les travaux achevés, les chariots purent faire la descente : ils commencèrent la descente le 25 janvier. Pour permettre aux quelques 80 chariots de passer, ils encordèrent le tout de manière à faire descendre très doucement tous les chargements. En quelques jours, la totalité des chariots avaient été descendus, puis ensuite orientés vers la traversée du fleuve, via un ferry en bois construit pour l’occasion.

Même si ils avaient passé l’obstacle le plus dur, ils n’étaient pas au bout de leurs peines, car ils durent ensuite trouver une route pour descendre de la Grey Mesa.

Ils durent ainsi remonter très au nord, presque jusqu’au Natural Bridge National Monument pour pouvoir arriver à Bluff via la Comb Wash.

Ils arrivèrent en avril 1880 à Bluff : l’expédition était exténuée. Ils se posèrent et se partagèrent le territoire en lots. De cette expédition est donc restée le fort que je nous avons visité. Aucune perte n’est à noter, excepté un bébé né prématurément au départ. D’ailleurs n’ayant pas prévu la durée de l’expédition, deux mères durent accoucher pendant le voyage.

Texte et image de http://www.fromside2side.com/2014/07/hole-in-rock-lhistoire-oubliee-des.html